publicité
Accueil du site > Dossiers > La roue tourne
8-09-2014
Mots clés
Transports
France
Dossier

La roue tourne

Taille texte
La roue tourne
(Crédit photo : flore-aël surun - tendance floue)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Au pays de la déprime généralisée, voici au moins une bonne nouvelle. Nous bougeons – ce qui n’est pas une nouveauté – un peu plus intelligemment qu’auparavant. Bouger intelligemment ? Eh bien, oui : ne pas se comporter comme des moutons de Panurge accrochés à leur volant quelles que soient la météo et la congestion des routes, essayer de gagner du temps, de l’argent, de faire un peu d’exercice tout en se déplaçant. Alors voilà, les choses changent déjà sous nos yeux. Revenons vingt ans en arrière : d’immenses parkings occupaient les centres-villes. Ils sont devenus aujourd’hui des espaces piétonniers à traverser à pied ou à vélo ; on peut aussi y flâner. Des flottes de vélos, voire de voitures, en accès libre fleurissent ici et là. Des transports en commun modernes et cadencés irriguent les centres-villes. Résultat, on constate une augmentation sensible de la marche, du vélo, de la fréquentation des transports en commun. Quant à la voiture, les premiers modèles électriques s’installent enfin dans le paysage. Pas trop tôt, pourrions-nous dire, à tel point qu’ils ont déjà été précédés par le boom de l’autopartage ou de la location aux particuliers. On le voit, les évolutions comportementales sont parfois plus rapides que les évolutions technologiques. Ce constat peut nourrir avantageusement le débat sur la transformation de la société : oui, les réponses sociétales peuvent être au moins aussi puissantes que la technologie. Ainsi, pour l’automobile, où se situe la vraie rupture ? Dans l’électrification de modèles copiés/collés des véhicules carburant au pétrole ? Quand le constructeur Tesla lance aux Etats-Unis un modèle qui concurrence les véhicules classiques, on ne peut que se réjouir. Mais est-ce vraiment innovant ? A quand une voiture en « open source », que l’on assemblerait soi-même ? Un bout de la réponse se trouve du côté du projet Tabby, petite voiture qui se monte en… 41 minutes et 44 secondes. Prenez quelques ingrédients – numérique, collaboratif, « open source », fablabs. Secouez très très fort. Rêvez un peu. Nous n’en sommes qu’au début de la révolution des transports. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • philippe crassous : La roue tourne

    je me suis abonné à terra eco il y a quelques années suite à une intervention sur radio nova, à l’occasion d’un salon de l’auto, d’une personne de chez vous qui dénonçait le mirage de la voiture électrique. Enfin ! quelqu’un ne tombait pas dans le panneau. était-ce vous, Mr Bouvais ?
    Aujourd’hui, à l’occasion de ce supplément sur la mobilité, voici qu’invariablement revient la fée électricité, qui d’un coup de baguette magique dépollue les voitures. l’analyse est plus fouillée, certes, mais le mirage électrique reste là.
    Je rappelle juste mes arguments de base, pourtant évidents : tant qu’on se déplacera avec une tonne de matière autour de nous, l’énergie consommée sera la même et le problème énergétique aussi. Sauf que l’électricité, c’est déjà assez épineux à produire avec nos besoins actuels. Déplacer le problème énergétique des transports sur l’électricité, c’est tout juste inconscient.
    Certes, la mobilité électrique à ses avantages. Mais ils sont juste la conséquence de l’autonomie limitée des batteries, qui impose une auto-limitation : par exemple le dépouillement et l’allègement sont enfin sérieusement considérés, et engendrent de nouvelles formes de véhicules comme la renault twizy.
    Bref, je me sens à nouveau bien seul à m’inquiéter de ce qui me semble une énorme évidence...
    Merci quand même pour cette analyse que je trouve globalement d’une grande qualité.

    16.09 à 09h47 - Répondre - Alerter
  • Darna : La roue tourne

    Le problème reste la multiplication des objets individuels. Voiture électrique ici, cependant que des régions entières sont dévastées pour l’extraction du lithium, et leurs populations déportées pour composer des bidonvilles au lieu d’accéder aux terres cultivables qui les alimentaient. Navrissime de s’en contenter...

    10.09 à 09h15 - Répondre - Alerter
  • anne-sophie : La roue tourne

    Bonjour,
    Mon petit partage autour de la voiture électrique, une "petite" comparée à la tesla et ses 500 kms. Je n’ai que 150 kms d’autonomie (Nissan Leaf). Résultat, je fais plus attention à moins prendre ma voiture, à gérer et grouper mes sorties, courses, rendez-vous, je ne l’utilise que quand c’est vraiment nécessaire et utile. Et pourtant je vis à la campagne. Mais je travaille chez moi. Ça facilite les choses.
    Je fais donc moins de kms qu’avant, je suis silencieuse et non polluante... et je peux la partager avec le co-voiturage !!!

    9.09 à 17h51 - Répondre - Alerter
    • Sylk28 : La roue tourne

      Je pense que l’avenir est là : peu de voitures électriques moins polluantes et partagées le plus possible, pour éviter de les laisser immobiles 95% du temps...

      23.09 à 16h35 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité